LA REPLIQUE
Friche belle de mai
41, rue Jobin
13331 Marseille
Cedex 03

T : 04 26 78 12 80
P : 06 62 01 61 40
contact@lareplique.org

   

Page du profil de Maxime REVERCHON
Envoyer un e-mail
Pour contacter cette personne, utiliser le formulaire
Votre nom:
Votre email:
Sujet de l'email:
message de l'email:
Maxime REVERCHON
Maxime REVERCHON
-
Homme
20/30 ans
-
-
-
-
-
-
-
CV_artistique_0512017_5a2664d50aecf.pdf CV_artistique_0512017.pdf

Bio

Maxime Reverchon est né en 1991. Il découvre et approfondit la pratique du comédien au lycée de Salin-les-Bains, et avec la troupe du théâtre du Verseau. L’été de l’obtention de son bac, il crée deux monologues de rue qu'il interprète pour les festivals Idéclick, et Quoi de Neuf. Arrivée à Marseille, c’est dans le cadre d’une licence Théorie et pratique du théâtre il parachève sa formation de comédien sur des créations dites de plateaux, mises en scènes par Angela Konrad, Frédérique Poinçeau, Marie Vayssière, et Marco Balliani. À partir de ses vingt et un ans, il travaille avec des compagnies professionnelles, sous la direction de Frédérique Poinçeau, Céline Pitavy, Stéphanie Saint-Cyr, François Michel Pesenti, Franck Dimeck, et Nicole Yanni.

 

Dans le cadre d’un master écriture scénique, son projet personnel d’écriture arrive par deux bords : par la gauche, c’est écrire un texte pour la scène ; par la droite, l’écriture poétique prend le relais de la scène là où elle atteint un point de défaillance. Entre ces deux pans d’écritures, c’est quelques mises en voix, mises en espaces, et lectures, au centre international de poésie de Marseille (CIPM), aux beaux arts de Besançon, et à la Friche Belle-de-Mai. Par ailleurs, c’est à la demande de François-Michel Pesenti qu’il écrit un dialogue intérieur, la preuve parlée, et qui sera mise en scène au théâtre des Bernardines dans le spectacle purge. À la demande de Franck Dimeck, et pour la création des culs terreux au théâtre Antoine Vitez, il écrit un acte pour trois personnages, La Marche Meuble. Il soumet Rose des vents alentour au comité de lecture du CIPM et publiera le versant poétique de ce même texte dans le Cahier du refuge N°241.

Photos